Eureka Street – Robert McLiam Wilson

Bonjour, bonjour!

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter un livre que j’ai lu en V.O. C’est un livre nord-irlandais de Robert McLiam Wilson qui s’intitule Eureka Street. Il faut savoir que ce livre n’est pas qu’un roman, il retrace aussi des faits historiques propre à l’Irlande du Nord. Il fait parti d’un genre que l’on appelle « Trouble Fiction » en anglais, c’est-à-dire un genre qui mélange fiction et réalité. Pour coller à ce genre, l’oeuvre doit également avoir été écrite durant la guerre civile irlandaise (entre les Catholiques et les Protestants d’Irlande du Nord) et l’intrigue s’y dérouler.

Aviary Photo_131873826965580109.png

Rapide point de civilisation pour se remettre dans le contexte: l’Irlande du Nord fut d’abord Catholique. Puis les Protestants sont arrivés et ont voulu imposer leur propre religion. Ces derniers dépendent de l’Eglise Anglicane. Quant aux Catholiques, ils dépendent du Vatican. Pour faire court, l’Eglise Anglicane n’est pas sous les ordres du Pape mais du souverain Britannique. Il faut savoir qu’aujourd’hui, 53% des habitants de l’Irlande du Nord sont Protestants, contre 43% de Catholiques. Tous les comtés d’Irlande du Nord n’ont pas vécu le conflit irlandais de la même façon. On trouve, par exemple, des « Peace Lines » (i.e. des lignes de paix). Plus que nul part ailleurs, les murs nord-irlandais sont chargés d’Histoire: en effet, une grande majorité est recouverte de fresques (par exemple celle de Bobby Sands) ou encore de tags témoins de l’Histoire du pays.

Eureka Street situe son récit dans le Belfast de 1996. On trouve, dans ce roman, un ton ironique presque humoristique qui lui donne une certaine légèreté face aux événements relatés. Une façon pour l’auteur de, peut-être, prendre de la  distance par rapport au contexte. Les deux personnages principaux, que tout semble opposer, surtout leur religion respective, sont pourtant de très bons amis. McLiam Wilson semble prendre un malin plaisir à jouer avec les religions. En effet, alors qu’il est de confession Protestante, Chuckie Lurgan rencontre le Pape Jean-Paul II et fait encadrer la photo. De plus, il porte un nom Catholique, ce qui ajoute du comique à la situation. Alors qu’il cumule les échecs dans sa vie professionnelle, il trouve un moyen pour le moins original de faire fortune…

J’ai beaucoup aimé le lire bien qu’il donne une vision très réaliste d’événements difficiles à évoquer. J’ai tout autant apprécié l’adaptation télévisée de la BBC qui reste très fidèle au roman. C’est un ouvrage que je recommande fortement.

À bientôt,
C.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s